l’exposition « Artistes et robots » au Grand palais à Paris.

Introduction général

Les robots, futurs artistes ?

L’utilisation récente des robots dans le monde de l’art soulève des interrogations car ils pourraient même remplacer les artistes, dit-on !? 

Prenons l’exemple du projet de « the next rembrandt », qui a été dévoilé au grand public en 2016 par ING, en collaboration avec Microsoft, l’Université de Technologie de Delft (Pays-Bas) et le musée hollandais Mauritshuis, qui est maintenant conservé à la galerie Looiersgracht60 d’Amsterdam. Cette oeuvre à été conçue par une équipe d’historiens de l’art, de développeurs et de scientifiques qui ont travaillés pendant plus de 18 mois sur la réalisation d’un tableau inédit, style Rembrandt en s’appuyant sur une image et sur l’impression 3D. Sur cette réalisation, ils ont repris chaque point du tableau, chaque trait que forme le visage de la patronne. Ils ont même imprimé le tableau avec une imprimerie 3D pour imiter les reliefs exécutés au pinceau.

next-rem5

                     https://news.microsoft.com/europe/features/next-rembrandt/

1460562553

 http://etapes.com/idee-the-next-rembrandt-une-oeuvre-dans-le-style-du-peintre-347-ans-apres-sa-mort

L’exposition au Grand Palais à Paris sur le thème des « robots & les artistes » invite le public à expérimenter des œuvres à travers plusieurs sujets, autour des robots. Les thèmes évoqués sont de l’ordre de la chronologie de l’art et du robot, de la préhistoire et la machine à créer, de l’art vidéo (un nouveau médium artistique), des machines à créer robotisées, des débuts de l’art sur ordinateur, des apports de l’art numérique, de la puissance du robot, du portrait numérique, de l’intelligence artificielle et de la créativité, de la vallée de l’étrange et de l’artiste, de l’androïde. Dans cette exposition, dont le sujet global est « L’art et les robots », une trentaine d’œuvres sont répertoriées dans chacun des thèmes imposés. Cependant, de ce thème général, est subdivisé plusieurs sous thèmes regroupant plusieurs œuvres de différents artistes. Elles introduisent l’usager directement dans l’œuvre, de façon intéractive, dans un monde virtuel dans lequel le corps joue un rôle très important. 

Cette exposition a pour but de montrer l’importance des robots dans notre société actuelle car ils font partie intégrante de notre quotidien (travail, domicile, voiture …). L’intelligence artificielle pourrait même rendre les hommes vulnérables et fâcheux ?. Ici, les artistes ont joué avec ce phénomène étonnant, celui de remplacer les artistes par des puissances artificielles. Face à la surpuissance du numérique et de la performance des logiciels, les artistes ont créé des installations ? que même des artistes n’étant pas doté de ces technologies n’auraient pas penser à les créer. L’objectif des artistes dans cette exposition est de nous immerger directement, dans un monde de jeu interactif et infini. 

Les différents thèmes évoqués, ici, sont redivisés en trois parties. La première partie porte sur des robots créant eux-mêmes des œuvres. Ils dessinent, peignent, gravent, remplacent intégralement les techniques utilisées par les artistes manuels. La deuxième partie est consacrée sur les robots informatiques. Ces derniers créent des œuvres en mouvement invitant le spectateur à entrer en interactivité avec elles. Le visiteur devient, alors, acteur des œuvres présentées. La troisième partie est axée sur l’intelligence artificielle, avec la création de robots plus vrai que nature ! On peut prendre comme exemple l’oeuvre d’Orlan, « Orlanoïde », copie conforme de l’apparence de l’artiste qui détient un réseau de neurones numérique avec une forme d’apprentissage automatique.

robot-768x743

                                   http://parisvoice.com/robots-artists-at-grand-palais/

IMG_4000SITE

                                          http://www.orlan.eu/orlan-et-lorlanoide/

Analyse d’oeuvre

« Reflexão #2 » de Raquel KOGAN

Raquel KOGAN d’origine Brésilienne est une Artiste multimédia, label de musique et peintre. Elle a obtenu son diplôme de l’école d’architecture et d’urbanisme Mackenzie en 1978. Elle a commencé son travail artistique en peinture et en gravure. C’est une artiste reconnue pour son exposition de gravures et de peinture à Sao Paulo. Dans les années 2000, elle se tourne vers de nouvelles technologies et médias aux multiples capacités interactives. L’œuvre de Raquel KOGAN, « Reflexão #2 » est exposée au Grand Palais à Paris pour l’exposition « Artistes & robots ». L’œuvre appartient à la catégorie ou au sous thème des « Débuts de l’art sur ordinateur » avec les robots informatifs jouant avec l’utilisateur, sur l’interactivité, le mouvement et l’infini. L’artiste réalise au grand palais de Paris le « Reflexão #2 », mais elle a également conçu en amont un « Reflexão #1 » qui consiste à projeter au sol et au murs des nombres générés automatiquement par un ordinateur, dans une pièce sombre donnant l’illusion d’un effet de mouvement. Le public est acteur principal de l’œuvre ; il joue un rôle important au bon fonctionnement de l’œuvre car sans lui l’œuvre n’est plus vraiment l’œuvre, but ultime de l’artiste.  A travers sa deuxième installation, cette œuvre est un prolongement de la première. Certes, elles sont créées sur le même le même principe, c’est-à-dire celui d’immerger l’utilisateur dans un espace sombre et noir avec des chiffres qui défilent lentement dans lequel l’interactivité et la notion de l’infini est très présente mais sur la deuxième œuvre des chiffres se déplacent lentement sur des lignes lumineuses elles-mêmes posés sur des axes au sol. Ces lignes parcourent l’espace plongé dans l’obscurité la plus totale. Ces lignes lumineuses de chiffres se prolongent à l’infini, comme un cercle infini, grâce, notamment, au miroir disposé en face de cette espace accentuant ainsi l’effet de l’infinité. Dans cette installation, l’utilisateur est vraiment en cohérence avec ces chiffres, ces lignes parfaitement alignées. L’utilisateur est plongé dans un espace noir accentuant certainement l’angoisse de l’inconnue de peur de ne pas savoir où mettre ses pieds. L’œuvre a donc pour but d’intégrer l’utilisateur car il fait corps avec l’œuvre mais elle a également pour mission d’interroger le public sur la notion d’espace, de perception et de sens. Cette installation nécessite la participation active du public pour exister et vivre elle-même. En effet, c’est dans l’interaction et dans leur réflexion que ces acteurs modifient l’expérience perceptive, spatiale et sensorielle de l’œuvre en fonction de leurs propres mouvements.

005i.raquel_kogan_reflexao2_1

 https://www;grandpalais.fr/fr/article/entrez-dans-loeuvre-de-raquel-kogan-au-grand-palais

11._mail_R.Kogan_Reflexao_2

 https://m.leboncoin.fr/paris/expo/artistes-et-robots-au-grand-palais-l-expo-qui-interroge-l-art-et-la-robotique/

Ont peut s’inspirer et prendre pour exemple deux autres oeuvres qui intègrent également le thème du robot numérique et de l’intéractivité avec les usagers. Par exemple l’oeuvre de Miguel CHEVALIER, intitulé « extra naturel » est une installation de réalité virtuelle interactive et projetée à grande échelle. En effet cette oeuvre représente un jardin interactif dans lequel chaque usager en fonction de ces mouvement peuvent faire évoluer les plantations projetées. Ces plantations peuvent évoluer dans le temps renaitre, mourir ou fleurir à l’infini, c’est un cycle de vie répété a l’infini. 

1_extra_natural_1-2

                                  http://www.miguel-chevalier.com/fr/artistes-robots

miguel-generique

http://www.up-magazine.info/index.php/arts-3/7470-digital-abysses-quand-miguel-chevalier-s-inspire-des-grand-fonds-marins

On peut également comparer l’oeuvre de Raquel KOGAN avec une oeuvre de Michel BRET et Edmond COUCHOT qui s’intitule « pissenlits » et qui repose sur la même oeuvre de Miguel CHEVALIER. L’installation est composée d’un écran géant sur lequel est projeté un ensemble de pissenlits. Ici, l’usager est invité a souffler dans un  dispositif pour faire envoler les akènes des pissenlits.

smartphone-3559

https://www.usinenouvelle.com/photos/innovation/en-images-le-meilleur-de-l-exposition-artistes-et-robots-au-grand-palais.680539/a-couper-le-souffle.1
maxresdefault
                         https://www.youtube.com/watch?v=BvdE-aUzUfg

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s