Speed painting : le nouvelle art numérique

Le speed painting ou peinture rapide en français représente un style pictural ou l’artiste dispose d’un temps limité, allant de plusieurs minutes à plusieurs heures selon les cas, afin de réaliser une oeuvre.

Apparue à la fin des années 1990 sur la scène demo (sous-culture informatique ayant pour but la création artistique sous forme de programme) dans des demoparty, le speed painting était initialement pratiqué par les adeptes de la peinture numérique, s’inspirant ainsi de la pochade en peinture traditionnelle ou bien du rough en communication.

Nous allons ici nous intéresser à la création de paysages digitaux.

efflam-mercier-speedpainting-final.jpg© Efflam Mercier – Snow Environment

Les nouvelles technologies, évoluant de jour en jour, nous offrent la possibilité de travailler sur de grands formats avec une précision accrue, en 16 millions de couleurs ce qui permet un rendu des plus nets et plus percutants. Le coût des tablettes graphiques et leurs augmentations en matière de sensibilité et précision on aussi permis le développement de cette discipline.

Autre que le matériel physique, il y a aussi toute une gamme d’éléments virtuels utilisés, ainsi on retrouve les différentes tailles de brosse afin de remplir de grandes surfaces ou travailler des détails, avec la possibilité de gérer les transparences pour aider à affiner les ombrages des dégradés, ou bien de rapidement ajouter des effets de transparence comme des voiles ou des reflets sur les éléments.

Le tout se divise par des calques qui permettent un travail plus rapide des différents plans ou de certains éléments et de pouvoir y effectuer des retouches sans risque. De plus, ils permettent l’application de flou donnant plus de profondeur au paysage.

Pour finir, on utilise des brosses pouvant être de forme ou de couleurs modifiables à l’infini, ce qui permet de représenter des éléments plus facilement. Ils sont d’une importance capitale dans la finition plastique de l’oeuvre.

Capture d’écran 2017-11-26 à 15.02.39.png© Matteo Ascente – Landscape – https://www.youtube.com/watch?v=-m8ijiFgFAo

La composition joue un rôle important dans l’illustration, elle permet d’immerger le spectateur dans la scène et de lui faire ressentir ce que l’on veut. Une image est composée de lignes, de cercles et de toutes sortes de formes que nous allons reconnaître et assimiler, la composition permet ainsi de les régir. Certaines règles sont donc utilisées afin de créer des paysages originaux rapidement.

Tout d’abord le format, une illustration en paysage donnera un côté plus calme et posé qu’une image réalisée en portrait qui se verra être plus dynamique. C’est donc ce premier format qui sera le plus utilisé dans l’univers du digital painting ou Matte painting (procédé cinématographique qui consiste à peindre un décor sur une surface plane en y laissant des espaces vides, dans lesquels une ou plusieurs scènes filmées sont incorporées) bien que ce dernier met plus en valeurs les dimensions gigantesques tel qu’une montagne.

pres_guide6.jpg© Noah k – The relic

On fera aussi attention à l’équilibre de l’image, ce qui va déterminer la façon dont le spectateur percevra l’oeuvre. L’équilibre statique et symétrique avec un poids visuel égal prévaudra dès lors que le paysage se doit d’etre calme, un déséquilibre donnera à l’inverse un certain dynamisme.

pres_guide8.jpg© Nele Diel – Eternal monument 

Pour finir il est plus avantageux de guider l’oeil du spectateur vers l’élément le plus important de la composition, nous appliquerons pour cela, la règle des tiers qui décompose l’image en 4 points-clés afin de placer les éléments forts de l’image, ceux-ci peuvent être placés possiblement à plusieurs de ces endroits mais pas au centre afin d’ajouter de l’intérêt au paysage.

pres_guide5.jpg     © Kaioshen – Way of the Wizard – http://designspartan.com/info_generale/guide-du-digital-painting-4-le-croquis/

Nous voyons ainsi que grâce à toutes ces règles mises en place et aidé d’une large palette d’outils numérique, ces nouveaux artistes sont capables de réaliser de magnifiques paysages en un minimum de temps, prenant ainsi la relève des plus célèbres peintres dans un genre cependant complètement différent. 

 

Oeuvre à la Une :

© Efflam Mercier – Snow Environment

Sitographie :

[consulté le 20/11/2017] Apprendre à Dessiner, L’art fragile du Speed Painting, Pit, https://www.apprendre-a-dessiner.org/speed-painting/

[consulté le 20/11/2017] Design Spartan, Guide du Digital Painting #4 : Croquis et Composition, Gaétan Weltzer, http://designspartan.com/info_generale/guide-du-digital-painting-4-le-croquis/

[consulté le 21/11/2017] Wikipedia, Speed painting, https://fr.wikipedia.org/wiki/Speed_painting

[consulté le 21/11/2017] Creative Station, Landscape – Speed painting ( #Photoshop ), Matteo Ascente, https://youtu.be/-m8ijiFgFAo

[consulté le 21/11/2017] Les métier du dessin, Matte painter : fiche métier, Jean-David Solon, http://www.lesmetiersdudessin.fr/matte-painter/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s